Libérer Rahia

Blandine Audric et ses parents, de grands bourgeois, viennent de rentrer définitivement à Paris, après un séjour de plusieurs années au Maroc. Mais Blandine, enfant unique, n’est pas rentrée seule. La fille de l’une de leurs employées marocaines, Rahia, 13 ans, accompagne la famille Audric. Elle étudiera en France en échange de menus travaux domestiques. Telle est, du moins, la version présentée par madame Audric à sa fille. Mais sur place, tout change. Dans le luxueux appartement des Audric, Rahia est reléguée dans le débarras. Il n’est plus question qu’elle étudie ou même qu’elle sorte. Le labeur est son seul horizon. Rahia est devenue une esclave moderne. Consternée par ce dont elle est témoin, mais tétanisée par la honte et la lâcheté, Blandine ne sait que faire. Il faudra l’intervention conjointe de deux de ses amis d’enfance qui habitent également l’immeuble – David, fils d’un couple de grands avocats, et Antoine le fils de la concierge, inséparables – pour que Blandine réagisse et que la petite marocaine puisse renouer avec l’espoir d’une vie meilleure. C’est le récit à trois voix de leur histoire commune que développe Yaël Hassan dans Libérer Rahia, avec beaucoup d’humanisme et de sensibilité.