Vous êtes ici

Formes courtes, pudiques, presque modestes, les poèmes de John Freeman dessinent une cartographie intime qui laisse puissamment entrer le monde entre ses lignes. S’exercent ici la capture des choses perdues, la domestication d’un chagrin indomptable, l’extension du domaine des souvenirs dans la tentative de rendre un avenir possible.